6 avril 2021

Le Premier Ministre Mario Draghi en Libye pour reconstruire une amitié historique

Mario Draghi en Libye

Le Premier ministre italien Mario Draghi a choisi Tripoli pour son premier voyage diplomatique : sa première visite à l’étranger est en Libye, et ce n’est pas seulement important du point de vue diplomatique italien (pendant ces dernières années en effet le poids italien dans ce domaine où l’Italie avait toujours joué un rôle de premier plan s’était beaucoup allégé), mais aussi parce que la Libye semble vouloir offrir à ses interlocuteurs internationaux de nouvelles opportunités. Le Premier ministre Draghi a compris ce changement de rythme. 

L’Italie considère depuis toujours les relations économiques et politiques avec la Libye comme l’un de ses intérêts stratégiques majeurs et tente depuis un certain temps de regagner son influence dans le pays, qui s’estompe en dix ans de divisions politiques et d’affrontements armés. Au cours de la visite, les deux dirigeants ont évoqué la coopération dans les domaines de l’énergie et des infrastructures, de la santé et de la culture. 

Parmi les projets de coopération, la reconstruction de l’aéroport de Tripoli, actuellement semi-détruit et largement inactif, qui devrait être confiée au consortium d’entreprises italiennes Aeneas (le consortium aurait dû commencer la reconstruction il y a trois ans, mais les travaux ont été interrompus par la guerre civile) et le soutien à la construction d’une très longue autoroute côtière qui devrait traverser le pays et relier la frontière égyptienne à la frontière tunisienne (la construction de l’autoroute avait été promise par Silvio Berlusconi au dictateur de l’époque Muhammar Kadhafi mais a été réalisée seulement partiellement). Entre outre, divers accords devraient être signés pour le secteur de l’énergie : la Libye est l’un des principaux pays exportateurs de pétrole, et l’ENI (anciennement le sigle de l’italien Ente Nazionale Idrocarburi) a toujours joué un rôle important qui a été mis à mal ces dernières années surtout par la Turquie. Des projets seront dédiés aussi au secteur de la santé: l’Italie a promis une aide et des fournitures à la Libye pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Les deux dirigeants ont également évoqué l’immigration et la gestion des flux migratoires en Méditerranée, pour lesquels la Libye a reçu des centaines de millions d’euros de financement et de moyens de l’Italie et de l’Union Européenne, sans réellement atteindre des résultats satisfaisants. 

La reprise de l’activité diplomatique en Libye est un symptôme du fait que la communauté internationale espère que le gouvernement Dbeibah sera en mesure de rétablir une certaine stabilité dans le pays, après dix ans d’affrontements: pour cette raison, tous les gouvernements qui ont des intérêts dans la zone Méditerranée essaient de s’accréditer auprès du nouveau gouvernement. En effet, ces dernières semaines, de nombreux pays européens ont rouvert leurs ambassades à Tripoli, fermées en raison de la guerre civile: parmi eux la France, qui a rouvert la semaine dernière. L’ambassade d’Italie, en revanche, est toujours restée ouverte et le consulat de Benghazi pourrait également rouvrir sous peu.

Daisy Boscolo Marchi

Daisy Boscolo Marchi -

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

open page accessibility options
display page in hight contrast
Contrasto elevato
display page with big text
Ingrandisci testi
display page in grey scale color
Scala di grigio
display page in inverted colors
Colori invertiti
display page in low brightness
Bassa luminosità
display page without images
Nascondi le immagini
reset page accessibility options
Reset
closed page accessibility options
Chiudi