Euronext rachète la Bourse de Milan à celle de Londres

Bourse de Paris

L’opérateur français détenait déjà les bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne, Dublin et Oslo. En ajoutant Milan à sa liste début octobre pour plus de 4 milliards d’euros, Euronext devient la première place de marché en Europe en termes de fonds levés par les entreprises.

Après des négociations entamées en septembre, et l’éviction des offres des opérateurs suisse (SIX Group) et allemand (Deutsche Börse), le français Euronext a conclu un accord historique qui en fait _« un vrai champion européen » né pour « s’affirmer dans l’Europe de l’après-Brexit », selon le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune. Il décrit un « enjeu de souveraineté essentiel pour notre économie ».

Lors de l’opération, Euronext va aussi acquérir MTS, « Società per il Mercato dei Titoli di Stato », soit la plate-forme de trading obligataire détenue à 62,53% par Borsa Italiana. Ainsi, l’Italie passe devant la France et devient la principale source de revenus du groupe. La transaction va d’ailleurs s’opérer avec le soutien de la Cassa Depositi e Prestiti (la Caisse des dépôts italienne, via sa filiale CDP Equity) et de la banque Intesa Sanpaolo, qui entreront à son capital parmi les actionnaires de référence d’Euronext.

Le nouveau leader paneuropéen

Dans un communiqué, Euronext s’est félicité d’avoir accompli avec cette transaction « son ambition de construire la principale infrastructure de marché paneuropéenne ». Désormais, un quart des actions négociées en Europe le seront sur les marchés du groupe, qui deviendra le premier européen des introductions en Bourse et des marchés secondaires pour les actions. En d’autres termes, 28 des 50 valeurs de l’Euro Stoxx, l’indice boursier répertoriant les principales entreprises européennes, seront cotées sur Euronext.

Le dirigeant de l’opérateur français Stéphane Boujnah a promis, dans un communiqué, que la milanaise Borsa Italiana conserverait « son identité et son intégrité au sein du modèle fédéral d’Euronext, tout en bénéficiant d’une gouvernance améliorée, d’une offre et d’une technologie de premier ordre, pour mieux servir les marchés financiers italiens ».

Inès Daneluzzo Albertini

Inès Daneluzzo Albertini -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

open page accessibility options
display page in hight contrast
Contrasto elevato
display page with big text
Ingrandisci testi
display page in grey scale color
Scala di grigio
display page in inverted colors
Colori invertiti
display page in low brightness
Bassa luminosità
display page without images
Nascondi le immagini
reset page accessibility options
Reset
closed page accessibility options
Chiudi