Covid19 : Gucci remet tout en question

De nouvelles valeurs de temps et d’autonomie, c’est ce qu’expriment ces derniers temps les maisons de mode. Après Saint-Laurent, c’est au tour de Gucci de se retirer des calendriers de la Fashion Week. La crise du Covid-19 provoque une vague de remises en question et de chamboulements, tant techniques que symboliques, dans le monde de la mode.

Sur Instagram, Alessandro Michele a fait part d’une grande décision pour sa marque. Le directeur artistique de Gucci a annoncé qu’il adoptera un nouveau rythme pour ses collections et ne présentera des défilés que deux fois par an. Depuis Rome, où son confinement était synonyme de réflexion et d’introspection, il veut casser les codes et remanier les calendrier établis.

Le lendemain, lundi 25 mai, il expliquait aux journalistes dans une vidéoconférence vouloir « déconstruire le format du défilé de mode et ses composantes emblématiques ». Par là, il entend notamment annuler la participation de Gucci à la Fashion Week de septembre. Mais le créateur invite aussi à repenser les modèles, à inventer des schémas plus viables et durables. Pour lui, « sortir une nouvelle collection tous les deux mois » n’est pas synonyme d’une « manière raisonnable de travailler ». Pour ce qui est de la Fashion Week de Milan en juillet, organisée en version numérique, la marque est toujours prévue au programme pour le moment.

Un mouvement dans la mode

Cette annonce survient après de nombreuses initiatives similaires, de grands noms du secteurs. Il y a quelques jours, un collectif de 180 créateurs dont Marine Serre, Dries Van Noten, Tory Burch et Thom Browne, exprimait dans deux lettres ouvertes le souhait de présenter des vêtements de saison, et donc de renoncer au décalage de six mois pour présenter une collection. Ici aussi, la temporalité de la mode et son système sont remis en question. Ces réflexions abordent de nombreux thèmes à repenser : les soldes, l’impact environnemental des rythmes de production, la transition écologique, la saisonnalité, le gaspillage de textile… La crise du Covid-19 apparaît ici comme l’opportunité de repenser de nombreux modèles.

Inès Daneluzzo-Albertini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

open page accessibility options
display page in hight contrast
Contrasto elevato
display page with big text
Ingrandisci testi
display page in grey scale color
Scala di grigio
display page in inverted colors
Colori invertiti
display page in low brightness
Bassa luminosità
display page without images
Nascondi le immagini
reset page accessibility options
Reset
closed page accessibility options
Chiudi