Évènements

“Artaud-Genica Correspondances”, pièce de théâtre dédié au grand artiste Antonin Artaud

Artaud-Genica Correspondances

Marina Iodice

Le monde du spectacle réunit trois pays, à savoir la Suisse, la France et l’Italie. En effet, dimanche 7 mai, la compagnie théâtrale franco-suisse Daï Daï Produçao a mis en scène son ultime pièce de théâtre à la Cappella Orsini, Artaud-Genica Correspondances. Celle-ci a été accueillie pour la première fois à Rome et est inspirée d’une véritable histoire qui voit comme protagonistes Antonin Artaud et Génica Athanasiou.

Né en 1896 et mort en 1948, Artaud a été un écrivain, dramaturge, acteur, dessinateur et poète français ; Athanasiou, quant à elle, a été une comédienne française d’origine roumaine, née en 1897 et morte en 1966. Leurs chemins se croisent en 1921. Les deux sont promptement pris d’un amour passionné, si bien que l’écrivain français commence à faire usage de sa plume en vue de lui adresser une pléthore de lettres, celles-ci témoignant de son amour. 

Cependant, leur histoire est également marquée par une sombre facette, Artaud souffrant de maux de tête chroniques depuis son adolescence. Ces douleurs le contraignent à se soumettre à des injections ayant un impact délétère sur sa perception de la réalité ainsi que sur ses relations. En novembre 1937, Artaud est interné à l’asile des Quatre-Mares suite à une déclaration du préfet de la Seine-Inférieure, le jugeant « dangereux pour l’ordre public et la sûreté des personnes ». En avril 1938, celui-ci est transféré au centre psychiatrique de Sainte-Anne où il séjourne en raison d’une « mégalomanie syncrétique », d’une « mémoire parfois rebelle » et d’une « toxicomanie depuis 5 ans (héroïne, cocaïne, laudanum) », d’après le certificat de quinzaine rédigé et signé par le docteur Nodet. 

Ses internements font l’objet de techniques extrêmes, impliquant l’usage de l’électrochoc lui provoquant un état de mort cérébrale durant plusieurs mois. Artaud fait part de son opposition au traitement lors de ses fugaces moments de lucidité. L’année 1946 marque la fin de ses souffrances engendrées lors de ces internements. Il est alors délivré au docteur Delmas, où il retrouve une certaine liberté. De fait, il est en mesure de mettre à profit sa veine artistique. 

Les lettres constituent une partie intégrante de la pièce Artaud-Genica Correspondances. La directrice artistique Daniela Morina Pelaggi apporte bel et bien une touche de modernité aux lettres de Artaud à l’instar d’une conversation qui se tiendrait à l’heure actuelle entre deux amants. Toutefois, la maladie et l’addiction de l’auteur français revêtent un rôle tout aussi important. 

Un événement s’étalant sur trois jours, jeudi 4, samedi 6 et dimanche 7 mai, parrainé par la mairie de Rome et l’Ambassade de Suisse en Italie. Celui-ci a été le théâtre de nombre de rencontres telles que Edoardo Secchi, président du Club Italie-France, Valentina Torri, attachée culturelle à l’Ambassade de Suisse, Kelmachter Hélène, attachée culturelle de l’Ambassade de France et bien d’autres personnalités de premier plan au sein d’institutions et d’ambassades mais également du secteur du spectacle.

ITALIE-FRANCE.COM : De toute évidence, ce projet s’avère important pour vous, étant à la fois directrice artistique et actrice. Une question surgit alors : Existe-t-il un lien qui vous rattache à cette œuvre ?

Daniela Morina Pelaggi : Etant passionnée depuis toujours par la figure emblématique et incandescente d’Artaud, il était presque évident, pour moi, qu’un projet autour de lui se fasse à un moment donné. J’y pensais depuis des années et il y avait une multitude de textes qui m’attirait. Le choix était difficile à faire car chacune de ses oeuvre me semble absolument extraordinaire et raconte quelque chose d’essentiel dans notre rapport au monde, à l’autre, à soi et à l’art. Mon choix s’est finalement porté sur la correspondance à Génica Athanasiou car il me semblait intéressant d’aborder son oeuvre par les lettres, écrites dès son arrivée à Paris alors qu’il est un jeune poète qui n’a pratiquement rien publié et de plonger ainsi dans son univers intime. C’est alors un jeune comédien qui “monte à Paris” dans l’espoir de travailler et de vivre du théâtre. Ce texte est un précieux témoignage sans filtre sur ce que signifie, profondément, être artiste. C’est aussi une photographie originale sur le Paris de l’entre-deux-guerres, fourmillant de créateurs précurseurs et déterminants tels que Picasso, Breton, Vitrac, Chanel, Cocteau. Enfin, et surtout, la correspondance permet d’avoir un éclairage direct sur la vie et la psyché intimes d’un des artistes les plus marquants du XXème siècle, ayant influencé de façon radicale le théâtre. Pour ce projet, je souhaitais donner corps et chair autant à Artaud qu’à Génica, que la parole de l’un et de l’autre nous parvienne.

ITALIE-FRANCE.COM : Avez-vous rencontré des difficultés à la mise en scène de cette pièce ? Si tel est le cas, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Daniela Morina Pelaggi : Le texte sur lequel s’est construit mon projet “Artaud_Génica_Correspondances”, provient du recueil de lettres d’Antonin Artaud à Génica Athanasiou où pour l’essentiel son point de vue, à lui, est livré. Je souhaitais que ce texte puisse prendre vie sur le plateau autrement qu’en lecture, d’en faire “une pièce à deux personnages”. S’agissant d’un seule en scène, il m’a fallu travailler en particulier des éléments qui puissent définir clairement qui d’Antonin ou de Génica s’exprimait. Les costumes certes, mais aussi les lumières, les musiques, les vidéos participent à la création des deux personnages distincts. Je souhaitais que cette création soit très contemporaine dans la forme car elle l’est très clairement dans le fond.

En outre, je tenais à ce que le personnage de Génica Athanasiou puisse donner son point de vue. Or, très peu de ses lettres à elle nous sont parvenues, Artaud n’en ayant que peu conservées. Toutefois, en filigrane, dans les réponses qu’Artaud lui adresse, on devine, on esquisse une pesonnalité, un style, une femme. Il m’a donc fallu faire des recherches approfondies sur cette comédienne d’origine roumaine. Je dois admettre que j’ai été absolument fascinée par cette femme qui à l’âge de vingt-deux ans, en 1919, traverse l’Europe en ruine pour vivre son rêve de femme émancipée et de comédienne à Paris. J’ai donc pu ainsi dessiner un personnage qui est d’ailleurs, dans ce projet, la narratrice. 

Enfin, et afin de pouvoir faire un choix parmi près de deux cent lettres et éviter que le spectacle ne dure trois heures, il fallait qu’il y ait un fil conducteur à la pièce, un lien intemporel et universel qui permette de partir d’Artaud et d’en élargir la portée. Leur relation passionnelle et très moderne a été sans aucun doute un fil conducteur assez évident. L’addiction d’Artaud à l’opium également. Mais celui qui m’a le plus intéressé est la peinture précise et jubilatoire qu’Artaud fait du monde du théâtre et du cinéma. C’est toute la condition et la vie d’artiste qui est révélée et force est de constater que ce que dit Artaud, ce qu’il traverse et vit, ses difficultés et la précarité qui en découle, restent absolument actuelles. 

ITALIE-FRANCE.COM : Une question qui est davantage de l’ordre de vos projets futurs, y a-t-il déjà un ou plusieurs projets qui suscitent votre intérêt ?

Daniela Morina Pelaggi : Je foisonne de projets à venir! Je dois maintenant canaliser toutes ces envies et ces désirs de création en faisant des choix. Il y a également, toujours, la question du financement et monter un projet reste un parcours périlleux, intense, qui tient presque du sacerdoce!

ITALIE-FRANCE.COM : Dans l’affirmative, sur quels sujets se porteront-ils ? Seront-ils issues d’histoires vraies ?

Daniela Morina Pelaggi : La tentation de faire une trilogie autour des correspondances est très grande! Et dans ce cas-là, ce sera effectivement des récits autour d’histoires vraies, faisant écho à la correspondance d’Artaud-Génica. Je suis en ce moment en pleines recherches et immergée dans diverses matières textuelles. J’ai également d’autres projets issus de textes d’auteurs contemporains qui me passionnent. Pour le moment, je n’en dirais pas plus! Je serai ravie de vous en dire davantage lorsque toutes les étapes préparatoires seront accomplies!

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Le plus lus

To Top
open page accessibility options
display page in hight contrast
Contrasto elevato
display page with big text
Ingrandisci testi
display page in grey scale color
Scala di grigio
display page in inverted colors
Colori invertiti
display page in low brightness
Bassa luminosità
display page without images
Nascondi le immagini
reset page accessibility options
Reset
closed page accessibility options
Chiudi