À la une

Toute l’actualité de l’industrie du Luxe

Publicité

Innovation & Startup

Start-ups Italie

Les startups italiennes face à la crise du Covid 19

L’enquête du magazine italien de l’innovation StartupItalia souligne inquiétudes et opportunités des jeunes pousses de la péninsule. Quelques 600 [...]

Lire la suite

Naissance d’un nouveau Fonds National pour l’Innovation

Le nouveau Fonds National – prévu par Cassa Depositi e Prestiti (Cdp) – gérera un milliard d’euros pour réunir et multiplier [...]

Lire la suite

Les plus lus

citazione

Curiosités

Actualité du Club Italie-France

Les dernières interviews

1 Novembre 2019

Olivier Delamarche

Lire l’interview

28 Août 2019

Éric Naulleau

Lire l’interview

28 Août 2019

Jean Birnbaum

Lire l’interview

Observatoire Italie-France

La société italienne EdiliziAcrobatica acquiert le français ETAIR Méditerranée

Le groupe Kiloutou achète la société italienne Sticar

Morellato achète la chaîne de magasins française Cleor

Vidéos publicitaires

Instagram

Twitter

L’industrie céramique italienne

Régions industrielles

La présence de nombreuses entreprises dans des zones géographiques limitées marque l’importance du secteur italien du carrelage et de la céramique. La naissance des régions industrielles de la céramique qui, à coté de la plus grande celle de Sassuolo-Scandiano, voit la présence de celles d’Imola-Faenza, d’Imprumeta, de Vietri sur mer, de la Vénétie et fut encouragée par la présence concomitante de différents facteurs, parmi lesquels la tradition séculaire liée à l’utilisation de l’argile, la réalisation des poteries, des produits de plancher et de revêtement de sol.
A cela s’ajouta, à partir des années cinquante, la disponibilité de main d’œuvre qualifiée et des capitaux, unis à une forte demande du produit grâce à la reconstruction post conflit et à la naissance de grandes périphéries dans le nord d’Italie, tout ceci porta au développement et au consolidement des régions qui nous apparaissent aujourd’hui comme tels. La proximité des entreprises stimule l’hyper compétitivité qui celle-ci conduit à un cercle vicieux : celui de l’offre de nouveaux produits et de nouvelles solutions de décor faisant appel à de nouveaux investissements et à une innovation technologique d’équipements et de produits ;ce qui permet à l’industrie italienne des carrelages et de la céramique de présenter aujourd’hui aux concurrents internationaux ce qu’est le lendemain du carrelage. Tout ceci est rendu possible à partir de la nature « intégrée » des régions de l’Emile Romagne de la céramique (qui réalisent 90% de la production italienne) : en plus des producteurs de carreaux et de céramique, l’entier parterre des partenaires fournisseurs de matières premières , des technologies et des services indispensables pour réaliser le produit est présent.

Le modèle régional italien est objet de nombreuses études amplement imité à l’étranger

Une analyse particulièrement minutieuse a été réalisée par le professeur Michael Porter d’Harvard qui définit la région industrielle de céramique italienne comme un vrai et propre cluster, qui doit ses propres succès au système basé sur sa complexité interactive. Selon Porter, les régions sont organisées selon une structure correspondant à un « diamant », dans laquelle les différents composants interagissent entre eux : à savoir les conditions naturelles, le recours simplifié à la main d’œuvre qualifiée, les infrastructures existantes, la propension à l’utilisation du matériel pour la céramique, la situation de coopération compétitive entre les entreprises. Ce sont tous des facteurs compétitifs des succès de cette industrie italienne hormis la présence d’industries liées à la production de carreaux en céramique.

Leader dans le monde. La céramique italienne dans le monde signifie le leadership absolu

Un secteur typique du Made in Italy, pilier des matériaux de l’intérieur italien, dont la forte tendance sur les marchés du monde entier occupe la position de leader dans le commerce international grâce à sa répartition et son taux d’internationalisation productive égal à 15% du total de l’activité. L’industrie italienne de la céramique est aujourd’hui un secteur qui compte 236 entreprises et 27.000 employés, en mesure de facturer 5.5 milliards d’euros découlant à 75% d’exportations dans cinq continents. Le style unique, le goût et la qualité qui caractérisent les carreaux italiens sont appréciés dans tout le monde: 35% du montant entier du commerce international possède la marque Made in Italy.

L’Europe est la principale zone de destination des produits de céramique italienne, de ce continent, la France et l’Allemagne sont des marchés étrangers historiques et d’importance majeure en terme de céramique. La présence des produits italiens est importante également en Amérique, principalement aux Etats-Unis. Dans certains cas, la présence italienne, en expansion ultérieure dans les marchés d’Europe Centrale Orientale d’Amérique Latine se révèle positive et à laquelle s’ajoutent des réalisations prestigieuses en Asie, Afrique et Australie témoignant encore de la qualité reconnue du produit italienne dans le monde.

Carreaux en céramique

Les entreprises présentes sur le territoire italien sont 156 (-3 par rapport à 2012), où travaillent 20.573 employés (-3,83%), qui au cours de 2013 ont produit 363,4 millions de mètres carrés (-1,05%) de telle sorte à atteindre les ventes de 389,3 millions de mètres carrés (+1,85%). La dynamique des marchés de destination est divergente, qui enregistre en Italie une chute de -7,18% (86,5 millions de mètres carrés en 2013) devant une croissance de +4,76% dans les exportations, maintenant égal à 302,7 millions de mètres carrés. Le chiffre d’affaires total est egal à 4,73 milliards d’euro (+3,16%) dont 3,87 milliards d’exportations (+5,66%) et à 856 millions des ventes sur le territoire national (-6.84%). En 2013 les investissements sont de 225 millions d’euros, égal au 5% du chiffre d’affaires annuel, et en cours d’année égal à 248 millions d’euros, (+10% par rapport au 2013).

Céramique sanitaire

Les entreprises industrielles productrices de céramique sanitaire sont 36, principalement localisées dans la région de Civita Castellana (Viterbo), qui occupent 3.723 dépendants et ont produit 3,80 millions de pièces (-6,77%), et vendu 3.60 millions de pièces (-6,77%), sorties des usines italiennes. Le chiffre d’affaires est de 308,4 millions d’euros (-8,68%), découlant de 204 millions de ventes sur le marché national et de 104,2 millions des exportations.

Vaisselle

Les neuf entreprises industrielles italiennes occupent 675 dépendants pour une production (et ventes) de 13.000 tonnes de produit fini. Le chiffre d’affaires 2013 est égal à 40 millions d’euros dont 70% réalisé en Italie.

Réfractaires

Les 35 entreprises actives dans la production de matériaux réfractaires présentes sur le territoire national occupent 2.125 employés (+6 par rapport à 2012) pour une production égale à 421.172 tonnes (-10,07%) et des ventes à 442.694 tonnes (-9,17%). En 2013 les ventes en Italie ont été de 279.680 tonnes. Le chiffre d’affaires total est égal à 392,8 millions d’euros, découlant des ventes sur le territoire national pour 238.3 millions d’euros (-11,7%), de 91,7 millions d’exportations communautaire (-4,25%) et de 62,8 millions d’euros d’exportations extracommunautaire (+0,33%).

Mostra du Cinéma de Venise

77ème édition de la Mostra du Cinéma de Venise

Malgré les conséquences désastreuses du coronavirus en Italie, les dates officielles du festival sont maintenues du 2 septembre au 12 septembre 2020 dans le Palais du cinéma au Lido de Venise. Cette année, c’est l’actrice Cate Blanchett qui présidera la 77ème édition du festival international du film de Venise 2020. « Une icône du cinéma contemporain” selon Alberto Barbera, le directeur artistique du festival. Elle sera la huitième femme à prendre cette place après Suso Cecchi d’Amico (1980) qui a participé à l’écriture du célèbre film Le Guépard de Luchino Visconti, Jane Campion (1997) et Catherine Deneuve (2006).

Alors
que Spike Lee avait été désigné pour être le prochain président du jury à
Cannes, la 73ème édition du festival n’aura pas lieu. Elle était initialement
prévue du 12 au 23 mai 2020.Thierry Frémaux, le délégué général du festival de
Cannes, a évoqué une alliance possible avec la Mostra de Venise : 

« Comme
chaque année, je parle beaucoup à Alberto Barbera, qui est lui aussi inquiet,
évidemment. Depuis le début de la crise, nous avons émis la possibilité de nous
rapprocher si Cannes est annulé »
,
avait-il affirmé. 

Alberto
Barbera a annoncé qu’une union serait une forme de solidarité historique envers
la communauté cinématographique mondiale. En revanche les organisateurs des
festivals de Tribeca et de Toronto ont proposé une version numérique. Ainsi,
ils exhortent Venise à les suivre. Cependant, cette option a été clairement
exclue par Alberto Barbera. Ils se donnent jusqu’à la fin du mois de mai 2020
pour établir les différentes modalités d’organisation de cette nouvelle
édition. 

La
Mostra de Venise est le plus ancien festival de cinéma et un des plus
importants au monde. Créée en 1932 par Mussolini, ancien dictateur italien,
elle s’inscrit dans la section cinéma de la Biennale de Venise, festival
culturel d’art contemporain. À l’issue de la cérémonie, la récompense attribuée
est le Lion d’or. Ce lion fait référence au lion de saint Marc, l’Evangéliste,
le saint patron de la ville qui est son attribut. Avec la Palme d’or du
festival de Cannes et l’Ours de la Berlinale qui ont respectivement lieu en mai
et février, le Lion d’or fait partie des prix les plus convoités au monde pour
leur prestige et impact international. 

Durant ces 11 jours de compétition, les films concurrents seront répartis dans deux catégories distinctes. D’une part les films de la sélection officielle en compétition et d’autre part, ceux hors compétition. Les films sélectionnés à Venise répondent à des critères différents de ceux qui prédestinent ceux que l’on trouve sur la Croisette. Cette année, compte tenu de la situation sanitaire actuelle, une présence européenne sera assurée mais des interrogations demeurent quant à la participation des nations internationales. 

Longtemps
considérée comme le festival “des recalés de Cannes”, la Mostra
récompense chaque année l’élite du cinéma lors d’un festival marqué par
l’élégance et l’engagement cinématographique. Désormais, elle est devenue une
place incontournable et un véritable hommage du 7ème art.

Le
palmarès de la Mostra de Venise de la dernière édition confirme que les
français sont en force sur la lagune. Le jury de 2019, présidé par la
réalisatrice argentine Lucrecia Martel, a décerné le Grand Prix à
J’accuse de Roman Polanski. Cette récompense fut très controversée en
raison des accusations d’agression sexuelle démenties par le réalisateur. Quant
au Lion d’or, ce sont les américains qui l’ont remporté avec le Joker de
Todd Phillips. Un film grandiose qui met en scène Joaquin Phoenix. 

En
2016, Emma Stone a été couronnée grâce à « La La Land”. L’année suivante
Guillermo Del Toro a remporté le Lion d’Or avec « La forme de l’eau”.
Olivia Colman a été sacrée meilleure actrice avec « La favorite” en 2018.
Tous ces films se sont ensuite retrouvés aux Oscars. Venise est connue pour
être l’annonciatrice des Oscars.

De
surcroît, le marché du film qui se tient en parallèle de la Mostra permet au
festival d’accueillir des acheteurs des quatre coins du monde. Il réunira
certainement les acheteurs qui seront préalablement passés par le marché
virtuel du film de Cannes. En effet, le festival de Cannes n’ayant pas lieu,
son marché du film est maintenu et devrait avoir lieu du 22 au 26 juin en ligne
sur une plateforme dédiée que l’organisation développe actuellement. 

À voir donc ce qu’il en sera cette année alors que Cannes n’aura pas lieu et son marché se tiendra virtuellement. On le sait déjà, cette Mostra sera inédite. À tous les férus de cinéma, c’est le rendez-vous de référence de l’année à ne pas manquer. Alors quel visage aura le prochain porteur du Lion d’or ? 

Marion Delorme

Le 25 mars sera la journée dédiée à Dante Alighieri

Le conseil des ministres, sur proposition du Ministre de la culture Dario Franceschini, a fixé la date de la journée dédiée au poète Dante Alighieri. 

Dante Alighieri: un pilier culturel

La journée dédiée à Dante Alighieri s’appellera « Dantedì » (jour de Dante en italien).  Cette journée entre officiellement dans le calendrier italien le 25 mars. Le Conseil des ministres, dans la séance du vendredi 17 janvier, a approuvé la directive fixant la journée du poète, au vu de l’anniversaire des 700 ans de sa mort, qui tombera en 2021. L’objectif de cette journée est de renforcer la culture italienne, et Dante en est un point d’ancrage fondamental. Le Ministère de l’éducation sera aussi concerné par cette journée:   des initiatives pour les étudiants dans toutes les écoles d’Italie seront mises en place déjà à partir de 2020. 

Pourquoi cette date? 

Les dates possibles étaient deux: le 14 septembre, date de la mort du poète, et le 25 mars, que les érudits reconnaissent comme la date du début du voyage dans l’au-delà de Dante dans la Divine Comédie. Le Conseil des Ministres à opté pour la deuxième,non seulement pour souligner la valeur symbolique inestimable de ce voyage dans la littérature italienne (et mondiale), mais aussi en raison de son emplacement plus heureux au cours de l’année scolaire, qui permetterai d’impliquer au mieux les étudiants italiens dans les festivités et les activités culturelles prévues. 

Daisy Boscolo Marchi

Biennale d'architecture de Venise

59ème édition de la Biennale d’architecture de Venise

La Biennale de Venise est
un des évènements artistiques les plus prestigieux d’Europe et de tous les
continents.  Avec 80 artistes exposés entre l’Arsenal et les Giardini,
elle accueille chaque année 500 000 visiteurs en moyenne dont 8 000 journalistes
sur 6 mois venant des quatre coins du monde. 

Étant
l’une des villes les plus touchées par le coronavirus, cette année,
l’inauguration ne se fera pas comme d’habitude au mois de mai. Suite aux
mesures de précaution du gouvernement, les nouvelles dates de la biennale de
Venise 2020 ont été annoncées officiellement du 29 août 2020 jusqu’au 29
novembre 2020. Par conséquent, les visiteurs n’auront seulement que 3 mois pour
en profiter. Ceci est préférable pour garantir la qualité de l’événement
puisqu’elle implique des architectes et institutions de plus de 60 pays à
l’international, ne voulant pas courir le risque d’ouvrir une exposition
incomplète. 

L’architecte,
Hashim Sarkis, est le commissaire de la Biennale 2020 qui s’ouvrira sous le
thème de “Comment vivre ensemble ?”. Son objectif est d’ouvrir le débat et de
souligner le monde dans lequel on vit. Le titre de l’édition précédente ”
Puissiez-vous vivre dans une époque intéressante.” est signé, Ralph Rugoff qui
a été choisi comme Directeur Artistique de la Biennale 2019. Contemporaine,
cérébrale et surprenante, cette 58 ème édition à forte teneur politique et
sociale dépassait des considérations artistiques pour ouvrir sur des problèmes
politiques actuels comme ceux de l’immigration. Voilà, une exposition sur le
présent qui met en lumière les réalisations des artistes de notre époque. 

Studio HLG, Créateur d’univers

Avec
ses canaux, ses gondoles et sa place Saint-Marc, Venise relie passé, présent et
futur, avec une multitude d’œuvres sur une incroyable plateforme permettant de
peaufiner son réseau et d’accéder au marché international. Depuis la fin du XIX
eme siècle, elle offre la plus ancienne biennale d’art du monde. Créée en 1893,
elle se tint pour la première fois en 1895 en tant que « Exposition
Internationale d’Art de la Cité de Venise ». Et c’est deux ans plus tard
que la deuxième édition a eu lieu ce qui lui donna le nom
de “Biennale”. Pour la petite histoire, c’est sur ordre de Napoléon
Bonaparte que des artistes vénitiens, italiens et internationaux ont été
invités pour exposer chacun au maximum deux de leurs œuvres. 

Depuis
plus de 20 ans, Paolo Baratta, ancien ministre italien, préside la Biennale de
Venise. Il est à l’origine d’une politique de rénovation des lieux. Avec déjà
4400 m2 au Pavillon d’Italie et 25 000 m2 à l’Arsenal, il décide de continuer
de restaurer le patrimoine architectural de Venise et ainsi d’étendre la
surface de l’exposition. Le coût moyen est de 2 millions d’euros pour 500 m2,
une sorte d’anticipation de loyer. Elle compte depuis de nouvelles demandes de
pays désireux de participer. Quant aux autres pays, nombreux sont ceux qui
veulent leurs pavillons permanents. Pour cela, l’État français donne à chaque
édition environ 600 000 euros. Le Pavillon français de la 56ème
Biennale de Venise est financé à hauteur de 950 000 euros par des entités tant
publiques que privées. Un premier tiers de 300 000 euros est alloué par le
ministère de la Culture et de la Communication et le deuxième tiers de 350 000
euros est versé par l’Institut français, l’opérateur de l’action culturelle
extérieure de la France. Mais les autres pays demandeurs seront-ils prêts à se
saigner pour des productions de 250 000 à plus d’un million d’euros ? 

Le
budget de la biennale d’art est de 13 à 14 millions d’euros. Quant à celui de
l’ensemble des biennales (arts, architecture, danse, théâtre et cinéma), il est
autour de 30 millions par an. De surcroît, les fondations François Pinault,
Guggenheim ou Prada font en sorte qu’avec la billetterie, les sponsors, les
pays qui paient pour participer, la biennale d’art réalise un chiffre
d’affaires qui couvre 90 % de ses besoins.  

La
biennale est une référence d’art absolu en la matière. Elle est vue également
comme « Un vernissage mondain et six mois de queue sous le soleil”. Elle a
des airs du Festival de Cannes avec ses fêtes, ses stars, ses coups de cœurs
instantanés, ses remises de prix … C’est la Lituanie avec son trio d’artistes
Lina Lapelyte, Vaiva Grainyte et Rugile Barzdziukaite, qui remporte le Lion
d’or du meilleur Pavillon. Une récompense tant attendue qui fait battre tous
les cœurs.

Après la tragédie italienne causée par l’épidémie du Covid-19, l’art doit jouer le ciment de la solidarité. L’art contribue à sauver le monde. Un monde mis sur pause pour le moment. Mais dont la vie reprendra son cours bientôt… Les artistes et les visiteurs seront amenés à s’interroger à la fois sur l’état actuel et futur du monde ainsi que sur leur histoire nationale. La grande exposition internationale a pour objectif de rendre à chacun sa voix, son caractère et sa sensualité pour qu’un véritable échange puisse naître. L’une des finalités serait de sortir de nos réalités digitales et nous replonger dans celles du monde contemporain. Cette 59ème édition a toutes ses chances d’être exceptionnelle. Rendez-vous fin août sur la lagune pour pouvoir en juger. 

Marion Delorme

Maisons à un euro : Le plan pour redynamiser la vieille Ville de Tarente

Repeupler le centre historique de Tarente et lui redonner vie, tel est l’objectif du plan « Maisons à un euro », mis en place par le maire du chef-lieu des Pouilles Rinaldo Merucci. Une initiative déjà connue en Italie et utilisée pour la première fois dans une aussi grande ville.

Tarente, 17ème ville démographique d’Italie, abrite quasiment 200 000 habitants. Cependant son bourg historique, situé sur une presqu’île, souffre d’une forte perte d’attractivité depuis des années. Quelque 3 000 personnes y vivent aujourd’hui, contre 40 000 à la fin du 19ième siècle. Pour remédier à cet abandon massif, la commune a mis en vente en janvier trois immeubles pour un euro symbolique. La ville est connue pour figurer parmi les plus polluées d’Europe à cause de la présence de l’usine sidérurgique Ilva, mais aussi pour le tristement célèbre effondrement en 1975 d’un immeuble de la Vieille Ville, « Taranto Vecchia ».

La conseillère au Patrimoine Francesca Viggiano expliquait : « Nous ne voulons plus que la ville soit associée seulement à l’Ilva, mais qu’elle ait un développement alternatif ». Pour cela, la municipalité compte sur le repeuplement et la redynamisation d’un endroit plein de charme et d’histoire. Le projet a suscité l’intérêt de Rome où le Mibact, le Ministère italien pour les Biens et les Activités culturels, a alloué 90 millions d’euros à Tarente. Francesca Viggiano a également dit avoir reçu rapidement « de nombreux mails, en particulier des demandes d’information provenant de New York, Milan et Rome ».

Pour acquérir un bien, l’acheteur doit s’engager à le restaurer à ses frais et en faire sa résidence principale, une maison de vacances à louer, ou encore une résidence universitaire. Une opportunité pour les promoteurs immobiliers, investisseurs, ou amoureux de la région. L’initiative des maisons à un euro n’est pas une nouveauté dans la Péninsule : elle a notamment été instaurée en 2014 dans la petite commune sicilienne de Gangi et à Sambuca en 2018.

Inès Daneluzzo-Albertini

Sommet France-Italie de Naples : les scénarios possibles

Le jeudi 27 février se
tiendra à Naples le sommet entre l’Italie et la France. Il s’agit d’une bonne
occasion pour nourrir les relations entre les deux pays après des années qui
n’ont pas été toujours faciles. A cette occasion, les discussions seront concentrées
sur la reprise du Traité du Quirinal. Mais il y a bien plus. En effet, les
relations entre les deux pays pourraient conditionner la géopolitique
européenne et internationale. Dans cet article, nous essayons d’analyser les
possibles scénarios.

Il
est fort probable que le sommet Franco-Italien de Naples de jeudi n’aura pas
pour seul argument celui de la reprise du Traité du Quirinal. Il est vrai que
pour une série de malentendus entre Paris et Rome, la relation entre les deux
pays s’est lentement usée, mais le problème le plus grave reste aujourd’hui la
scène internationale très incertaine et le spectre d’une nouvelle crise
économique. On peut donc envisager que des questions telles que la coopération
sur le budget européen, l’économie verte, la crise libyenne, le Brexit et
l’état de l’Alliance Atlantique – dans laquelle la France et l’Italie ont un
poids spécifique fort- seront également traitées.

Le Traité du Quirinal

Le
Traité du Quirinal aura une place très importante au cours de ce sommet, vu le
but de rapprocher deux pays dont les relations institutionnelles sont
pratiquement absentes depuis 2017. L’idée du Traité du Quirinal est née en
2017, lorsque Paolo Gentiloni et Emmanuel Macron, suite au sommet bilatéral de
Lyon, ont décidé de concevoir un instrument juridique pour consolider les
relations bilatérales entre les deux pays, relations qui ont toujours été au
fil de l’histoire fluctuantes et peu stables.

L’idée
était de mettre en place une coopération renforcée et en particulier de fournir
une feuille de route commune et systématique sur une série de questions
bilatérales dans lesquelles l’Italie et la France ont des intérêts communs. Le
projet a cependant subi une freinée en 2018, notamment avec le nouveau
gouvernement Lega-M5S. A partir de ce moment, l’idée d’une coopération plus
attentive aux intérêts communs a disparu. Le sommet de Naples sera certainement
une bonne occasion de relancer le projet, grâce au nouveau paysage politique
italien et en particulier au gouvernement Conte Bis, soutenu par le Parti
Démocrate, qui a pris la place de la Ligue suite à la crise du gouvernement
débutée en août 2019.

L’objectif
du Traité de Quirinal est simple mais ambitieux : établir un axe privilégié
entre l’Italie et la France, axe qui pourrait être particulièrement utile pour
équilibrer les géométries européennes.

Le dialogue franco-italien : un moyen pour équilibrer les géométries européennes

Ce
n’est pas un mystère : la France et l’Italie ont subi l’hégémonie
allemande au sein de l’Union européenne. L’Allemagne elle-même, qui a dicté aux
pays membres (et pire encore, aux pays fondateurs) les paramètres à respecter
et le modèle économique à adopter, est aujourd’hui victime de son propre
système économique et est affaiblie par le ralentissement économique et par la
crise profonde de la Direction de la CDU et d’Angela Merkel.

Ce
scénario pourrait être propice pour équilibrer les géométries européennes. Au
sein de l’Union européenne, l’Italie et la France ont de nombreux intérêts
communs, et stratégiquement, les deux pays auraient tout intérêt à collaborer :
Fonds européen de stabilité financière (FESF), élargissement à l’est de l’Union
européenne … Sur ces questions -et sur d’autres aussi, notamment en matière
de droits sociaux – l’Allemagne (et les pays de l’Est qui la soutiennent) ont
des intérêts différents et souvent en concurrence avec les intérêts
franco-italiens. Il serait donc stratégiquement préférable créer un pôle pour
compenser la puissance de l’Allemagne.

Dans
le même temps, le Brexit – malgré ses aspects négatifs – peut également être
interprété par la France et l’Italie comme une nouvelle opportunité pour
l’intégration européenne. La vraie intégration politique européenne, et non pas
la simple intégration économique à l’allemande. Ce nouvel axe pourrait conférer
un nouveau positionnement aux deux pays et réussir ainsi à endiguer l’ancienne
politique européenne à traction allemande, fortement centrée sur le marché
unique et très peu attentive à l’Union Politique et Sociale.

Le nœud de l’Alliance Atlantique

La
question atlantique sera très probablement abordée lors du sommet. Il n’y a pas
longtemps, Macron avait insisté sur « la mort cérébrale de l’OTAN ».
L’Italie pourrait jouer un rôle décisif dans les relations transatlantiques.
Dans une Europe sans le Royaume-Uni et avec une Allemagne très faible, l’Italie
est paradoxalement le seul pays qui puisse rééquilibrer et calmer les relations
entre l’UE et l’OTAN. Pour cela, un minutieux travail de diplomatie doit être
accompli, dans le but de toujours garder une perspective européenne, sans
tomber dans l’erreur de la France qui depuis un an ne cesse de chercher la
confrontation avec les membres de l’OTAN et en particulier les États-Unis.

Mais d’un point de vue européen, il ne peut y avoir une Union Européenne militaire forte sans le soutien de l’OTAN. Bien sûr, l’Italie a déjà démontré par le passé qu’elle est capable d’apaiser les conflits diplomatiques internationaux, mais pour ce faire, elle doit sortir de l’isolement politique dans lequel elle se trouve depuis 2018. Et le sommet de Naples peut être une bonne occasion.

Daisy Boscolo Marchi

Parlement italien

Décret école : La réponse de l’éducation nationale italienne au Coronavirus

Peu après les annonces de Jean-Michel Blanquer en France, le gouvernement italien a pris ses décisions concernant la de fin de l’année scolaire 2019-2020. Le conseil des ministres a voté ce dimanche le décret loi, publié au Journal Officiel, concernant l’éducation nationale. Enseignements en ligne, examens supprimés… En voici le détail.

Grâce à la technologie,
« l’enseignement à distance a sauvé l’année scolaire », explique
Lucia Azzolina, la ministre de l’éducation italienne. Mais tout comme de
l’autre côté des Alpes, le problème de l’égalité numérique s’est posée et
« il sera bientôt nécessaire d’ouvrir une réflexion sur l’état de la
numérisation du pays et de l’école ». La ministre insiste aussi sur « les
droits des élèves », et tient à ce qu’une « évaluation sérieuse et
cohérente » ait lieu.

Examens du secondaire

S’il n’y a pas de retour
en classe possible avant le 18 mai, le décret prévoit l’enclenchement d’un
dispositif spécial : celui d’organiser un seul examen, oral et à distance,
pour les 500 000 lycéens qui passent leur maturità (l’équivalent du
baccalauréat) cette année, et d’annuler les épreuves du brevet pour les
collégiens, qui seraient alors évalués par leur conseil de classe. Les élèves
des classes intermédiaires, eux, seraient automatiquement admis à l’année
suivante.

Stages, concours et examens d’État

Le texte prévoit que
« les examens d’État 2020 pour les professions de dentiste, pharmacien,
vétérinaire, technologue alimentaire, comptable et expert comptable »
pourront également être effectués à distance. Il en va de même pour les stages
post-universitaires requis pour l’obtention d’une licence
professionnelle : des solutions sont envisagées pour permettre aux
apprenants le maximum de sécurité. En ce qui concerne les concours nationaux, les
administrations responsables pourront modifier certaines conditions pour
permettre l’admission de candidats qui auraient dû être diplômés mais ont été
contraints de reporter en raison de l’urgence. Mais la mesure précise néanmoins
que pendant 60 jours à compter de la publication, « les procédures de
concours publiques et privées sont suspendues, sauf dans les cas où
l’évaluation des candidats est effectuée exclusivement sur la base des
programmes d’études ou par voie électronique ».

Recrutement d’enseignants

Le décret donne le feu
vert à l’embauche : afin de combler une partie des places libérées à l’été
2019, quelques 4 500 postes d’enseignants seront pourvus à la rentrée
prochaine. En outre, concernant la distance de sécurité dans les classes, le
Conseil des ministres débattra sous peu pour prendre des décisions nous
discuterons ensemble d’un décret qui fait référence à cet aspect.

Réouverture des écoles avant la fin de l’année

Lucia Azzolina a été
claire, la sûreté passe avant tout : « Ce n’est pas le ministre de
l’éducation qui détermine quand le virus se termine. Tant qu’il n’y aura pas de
sécurité, les enfants ne retourneront pas en classe (…) nous ne mettrons jamais
la vie des étudiants en danger ».

Inès Daneluzzo-Albertini

Giuseppe Sala

Le maire de Milan élu président des maires du mondes au sein de la C40 Cities

L’organisation internationale C40 Cities a nommé le maire de Milan, Giuseppe Sala, à la présidence de sa nouvelle Task Force. Ce groupe de travail a pour objectif de fournir aux maires du monde entier des connaissances et des outils pour concevoir une reprise économique durable.

La « Global Mayors Covid-19
Recovery Task Force »
rassemble 40 métropoles de 25 pays : elle a été présentée
mercredi, lors d’une réunion virtuelle menée par le président de C40 et maire
de Los Angeles, Eric Garcetti. Son objectif est de travailler main dans la main
pour parvenir à une reprise économique « qui permettra aux citoyens de
retourner au travail, tout en évitant que la dégradation du climat ne génère
une crise encore plus grave, capable d’arrêter l’économie mondiale et de
menacer la vie dans le monde ». Les thèmes transversaux des discussions
seront les luttes contre la pollution et la pauvreté et l’amélioration de la
santé publique.

Ce partage mondial
d’expertise sera donc présidé par Giuseppe Sala, maire du chef-lieu de la
Lombardie, première région en Europe à avoir été touchée par l’épidémie de
Covid-19.

Inès Daneluzzo-Albertini

float